Fatigue oculaire : comment garder ses yeux ouverts ?

Pendant la pandémie de covid-19, le travail, la famille et les relations sociales se sont principalement éloignés. Nous utilisons souvent des appareils tels que des ordinateurs et des téléphones portables. Comme il est entendu que ces appareils électroniques provoquent une "fatigue oculaire", on peut penser que ce problème a augmenté ces derniers mois.

La fatigue oculaire se manifeste par une sensation inconfortable de sécheresse ou de démangeaison dans les yeux. Elle entraîne également une vision floue et peut provoquer de graves maux de tête.

Mais nos yeux sont-ils vraiment "fatigués" et comment appelle-t-on la fatigue oculaire ? Aujourd'hui, nous parlons déjà du "syndrome de vision par ordinateur". Ce dernier terme semble plus approprié pour le problème dont nous allons parler dans cet article, car ce n'est pas vraiment la fatigue qui cause nos yeux. Il s'agit d'une combinaison de différents problèmes oculaires et visuels.

Quelle partie de l'œil est fatiguée ?

Les muscles responsables du mouvement des yeux sont parmi les muscles les plus rapides de notre corps. Leur forme et leur métabolisme sont réglés pour se contracter et se détendre en permanence. Les yeux bougent afin de se concentrer sur les objets qui nous intéressent dans la zone de la rétine qui voit le mieux, la fovéa.

Contrairement aux autres muscles de notre corps, ils sont dotés de certains mécanismes qui leur permettent d'accomplir cette tâche en permanence. Ils possèdent des mitochondries en abondance, les organites intracellulaires où est produite l'énergie nécessaire à la contraction. C'est précisément grâce à cette capacité métabolique élevée que ces muscles ne se fatiguent pas et ne provoquent pas de raideurs.

La fatigue ne se produit pas non plus dans notre rétine, une structure capable d'effectuer constamment le processus de transduction sensorielle (la transformation de la lumière en signaux électriques) pendant des heures, jour après jour. Pour ce faire, il est équipé de mécanismes qui régénèrent les molécules qui sont "consommées" au cours du processus qui met la vision en mouvement.


En évitant la fatigue visuelle, vous garderez ainsi vos yeux ouverts en toute circonstance.

L'incapacité de cligner des yeux peut endommager l'œil

Lorsque nous sommes attentifs à une tâche visuelle (travail avec des appareils électroniques ou lecture d'un livre), la fréquence de nos clignements d'yeux diminue afin que nous ne perdions rien de vue.

La fonction du clignement est de protéger l'œil, mais aussi de renouveler et de répartir le film lacrymal qui hydrate et nourrit la surface oculaire. Par conséquent, si notre fréquence de clignement diminue, nos yeux deviennent secs, ce qui provoque une irritation et, dans certains cas extrêmes, des douleurs.

Si, en plus, nous avons une faible production de larmes (maladies générales ou oculaires provoquant la sécheresse des yeux, ménopause, etc.) ou si nous travaillons dans un environnement sec (climatisé), le problème est aggravé. Bien entendu, le port de lentilles de contact complique cette situation, car elles entravent le passage de l'oxygène et la répartition du film lacrymal sur la surface oculaire.

En raison de la sécheresse de la surface de nos yeux, les cellules les plus externes sont mal protégées et peuvent être endommagées. Cela provoque une légère inflammation locale qui entraîne une rougeur des yeux et l'apparition de sensations d'inconfort. Ces symptômes sont parfois accompagnés de maux de tête ou d'yeux.

Ce problème pourrait être évité, le cas échéant, en augmentant volontairement la fréquence de nos clignements d'yeux ou en utilisant des larmes artificielles pour compenser la sécheresse oculaire.

Bon à savoir

Si de nombreux éléments peuvent causer une fatigue oculaire au quotidien, des solutions efficaces permettent de s'en protéger. Il y a d'abord les réflexes pratiques du quotidien comme éviter la surexposition aux écrans. Mais aussi, d'autres solutions plus concrètes telles que les lunettes anti lumière bleue ou encore les filtres à déposer directement sur les écrans permettent d'éradiquer certaines causes liées à la fatigue visuelle. Vous serez alors plus en forme pour être concentrés et apprendre davantage au quotidien.

Positionnement correct de l'écran

Il faut aussi tenir compte de la distance qui sépare nos yeux de l'écran. Plus elle est élevée, plus nos yeux seront ouverts, ce qui contribuera à l'évaporation du film lacrymal recouvrant la surface de l'œil, augmentant ainsi le problème.

C'est pourquoi nous devons toujours régler la hauteur de l'écran de manière à ce qu'il ne soit pas trop haut, mais pas trop bas pour ne pas avoir à trop plier le cou. En général, il suffit que le cadre supérieur de l'écran soit à la hauteur de nos yeux ou de notre nez. Quant à la distance entre vos yeux et l'écran, il est recommandé de la situer entre 50 et 60 cm..

Gros plan sur le logement

Nos yeux sont entraînés à voir les objets de près et de loin, en changeant constamment de focale. Cependant, lorsque nous travaillons sur des écrans, nous passons de nombreuses heures à nous concentrer uniquement sur un objet proche (à moins de 60 cm).

Cela entraîne également des problèmes de mise au point et une vision floue lors du passage du plan de près au plan de loin, ce qui peut provoquer des maux de tête. Ce phénomène est encore plus marqué après 45 ans, avec l'apparition d'une vision "fatiguée" ou presbytie. À cet égard, il est très important que si nous portons des verres correcteurs, ils soient correctement prescrits.